30 Mars

L’Éternel… s’étonne de ce que personne n’intercède. Isaïe 59, 16

Pourquoi y en a-t-il tant parmi nous qui cessent de prier et deviennent insensibles à l’égard de Dieu? C’est que nous ne prions que pour flatter notre égoïsme. Nous voulons pouvoir dire autour de nous que nous prions. Nous avons lu dans des livres que la prière est bienfaisante, qu’elle apporte la sérénité, qu’elle élève l’âme. Mais l’Éternel, comme dit Isaïe, s’étonne de nos prières.

L’adoration est inséparable de l’intercession. Intercéder pour quelqu’un, c’est le considérer comme Jésus-Christ le considère. Trop souvent, au lieu d’adorer Dieu, nous cherchons à comprendre comment notre prière peut être efficace. A ce moment, nous ne prions pas. Nous devenons raisonneurs et insensibles. Nous lançons à Dieu nos requêtes et nous exigeons qu’Il les exauce. Insensibles à l’égard de Dieu, nous devenons insensibles à l’égard des autres.

Est-ce que, dans notre prière, nous nous efforçons d’entrer en contact direct avec la pensée de Dieu au sujet de ceux pour lesquels nous le prions? Ou bien sommes-nous raisonneurs et insensibles? “Mais, direz-vous, qui est-ce qui intercède comme il faudrait le faire?” Mors donnez vous-même l’exemple d’un enfant de Dieu qui sait prier son Père, en toute humilité, en véritable adoration, en toute pureté. Mettez-vous à intercéder comme il le faut: c’est un véritable labeur, un labeur épuisant, mais tin labeur où vous ne courez aucun danger, spirituellement parlant. Même en prêchant l’Évangile, vous pouvez tomber dans un piège. Dans l’intercession, jamais.

Classé sous : Pensées

Vous aimez cette pensée ? Inscrivez-vous à notre fil RSS pour recevoir les prochaines !