2 Mai

Si la vision tarde à s’accomplir, attends-la fermement. Habacuc 2;3

La vraie patience est le contraire de l’indifférence: c’est un immense rocher, profondément enraciné, qui brave tout ébranlement. La vision de Dieu nous inspire la patience. Moïse tint ferme, non pas en se fondant sur ses aspirations morales, mais parce que Dieu lui était apparu. “il tint ferme, parce qu’il avait vu le Roi Invisible.” Un homme qui possède la vision de Dieu n’est pas lié à une conception particulière: il est lié à Dieu lui-même. Pour savoir si la vision vient vraiment de Dieu, iI n’y a besoin que de constater l’élan intérieur qui en résulte, l’élargissement de la pensée, l’énergie pour l’action, dans tous les domaines. Si Dieu vous envoie en quelque façon dans le désert, comme il y envoya son Fils durant quarante jours, pour y être tenté, loin de Sa présence, tenez ferme. Et le pouvoir de tenir ferme vous viendra de votre vision intérieure de Dieu.

“Bien qu’elle tarde à s’accomplir, attends-la fermement”. La preuve que nous possédons en nous la vision, c’est que nous cherchons à saisir bien plus que nous avons déjà saisi. II n’est pas bon, dans le domaine spirituel, d’être satisfait de ce qu’on a. “Que rendrai-je à l’Éternel pour tous ses bienfaits? Je prendrai en main la coupe des délivrances.” Nous sommes très disposés à être satisfaits de nous-mêmes: “Je suis arrivé au but; je suis entièrement sanctifié; je suis sûr de pouvoir tenir ferme.” De tels propos nous condamnent. Il faut sans cesse aller de l’avant. “Non pas que j’aie encore atteint le but, ni que je sois déjà parvenu à la perfection.” S nous n’avons que ce que nous tenons actuellement, nous n’avons rien. Si nous avons en nous la vision de Dieu, nous avons bien plus que nous ne le saurons jamais.

Classé sous : Pensées

Vous aimez cette pensée ? Inscrivez-vous à notre fil RSS pour recevoir les prochaines !