20 Novembre

… son Bien-Aimé, en qui nous avons… la rémission des péchés. Ephésiens 1, v. 7

Nous devons nous garder d’une certaine manière de présenter Dieu qui ne se trouve pas dans le Nouveau Testament. Dieu, dit-on parfois, est un père si tendre et plein d’amour que certainement il pardonnera à tous! Il ne peut nous pardonner que grâce à la terrible tragédie de la croix de Christ. Supposer que le pardon puisse être accordé d’une autre façon est, même sans que l’on s’en rende compte, un blasphème.

Le pardon, qui est si facile à recevoir, a coûté à Jésus l’agonie du Calvaire. Nous pouvons accepter le pardon de nos péchés, le don du Saint-Esprit, et notre sanctification, avec la simplicité de la foi, et oublier quel prix immense Dieu a dû payer pour que tout cela puisse nous être donné.

Le pardon est le divin miracle de la grâce. Pour que Dieu puisse pardonner le péché sans cesser d’être un Dieu juste, il a fallu la croix de Jésus-Christ. Il faut repousser une conception de la Paternité divine qui exclut l’Expiation. Le Dieu Saint ne peut pas nous pardonner; s’il le faisait, ce serait une iniquité. Pour que nous puissions l’être, il faut que l’Expiation nous ramène à lui. Le pardon de Dieu ne devient possible que par la Rédemption.

Comparée au miracle que constitue le pardon des péchés, l’expérience de la sanctification paraît plus facile. Ce n’est que la réalisation merveilleuse du pardon des péchés dans la vie humaine. Mais ce qui nous remplit de la plus profonde reconnaissance envers Dieu, c’est le pardon de nos péchés. Paul a toujours senti cela profondément. Quand vous vous serez rendu compte de la grandeur immense d’un tel pardon, l’amour de Dieu vous étreindra le coeur.

Classé sous : Pensées

Vous aimez cette pensée ? Inscrivez-vous à notre fil RSS pour recevoir les prochaines !