23 Septembre

Voici, nous montons à Jérusalem. Luc 18;31.

Dans la vie ordinaire, à mesure que nous avançons, nos ambitions se transforment. Dans la vie chrétienne, le but est fixé dès le début, car si Jésus-Christ est le commencement, il est pareillement la fin. Nous partons de Jésus et nous tendons vers Lui, jusqu’à ce que nous parvenions à “la plénitude de l’humanité parfaite du Christ s. Il ne s’agit pas de notre idéal chrétien, quel qu’il soit. Le but véritable du missionnaire, ce n’est pas d’être utile ou de convertir les païens, c’est tout simplement d’obéir à son Dieu Le reste suivra comme une conséquence.

Jésus, en montant à Jérusalem cette dernière fois, marchait vers l’accomplissement suprême de la volonté de son Père, vers la croix. Nous ne pouvons pas être ses compagnons et ses disciples, si nous ne l’accompagnons pas jusque-là. Rien n’a pu faire dévier Jésus de son ferme propos, durant cette marche suprême. Dans les villages où on le recevait mal, il poursuivait sa route sans se hâter. Dans ceux où on le bénissait, il ne consentait point à s’attarder. Ni la méchanceté ni la reconnaissance ne pouvaient le détourner du but qu’il s’était fixé, de Jérusalem.

“Le disciple n’est pas au-dessus de son Maître.” Nous rencontrerons les mêmes circonstances, en montant à notre Jérusalem. Nous verrons la puissance de Dieu se manifester par notre intermédiaire, quelques-uns en seront reconnaissants, beaucoup d’autres seront indifférents ou affreusement ingrats, mais rien ne devra nous détourner de notre chemin.

“Là, ils le crucifièrent.” Ce fut là l’aboutissement de la marche de Jésus vers Jérusalem, et l’accomplissement de notre salut. Nous ne sommes plus appelés à la crucifixion, mais à la gloire. Soyons fidèles, en montant à Jérusalem.

Classé sous : Pensées

Vous aimez cette pensée ? Inscrivez-vous à notre fil RSS pour recevoir les prochaines !