9 Mai

Là où il n’y a pas de révélation, le peuple est sans frein. Proverbes 29, 18.

Quelle différence entre un simple idéal moral et une révélation de Dieu! L’idéal est abstrait, la révélation nous inspire. L’idéal n’amène guère à l’action. On peut se faire une conception de Dieu qui justifie notre inaction, en présence du devoir.

Jonas nous en offre un exemple. “Je savais bien, s’écrie-t-il, que tu es un Dieu miséricordieux et compatissant, lent à la colère, riche en bonté et prêt à renoncer au châtiment.” C’est ainsi qu’il excuse sa première désobéissance. Une conception de Dieu, même exacte, peut me fournir un prétexte à ne pas faire mon devoir. Tandis que la révélation que je reçois directement me pousse à l’action.
Le plus bel idéal peut être pour nous un opium qui nous endort et nous mène à la mort. Regardez en vous-même; n’avez-vous pour vous guider qu’un idéal abstrait, ou bien Dieu se révèle-t-il à vous directement? Il faut, par la vision de Dieu, atteindre au delà de ce que nous avons sous-la main.

Quand cette vision nous manque, “quand il n’y a pas de révélation”, nous aussi, nous sommes “sans frein”. Nous cessons de prier, nous ne cherchons plus la direction de Dieu en toute chose, nous agissons d’après notre propre initiative. Nous sommes en train de descendre la pente. Où en sommes-nous? Est-ce que nous sommes aujourd’hui orientés d’après la vision de Dieu? Comptons-nous sur Lui pour faire de plus grandes choses qu’Il n’a jamais faites? Sommes-nous, spirituellement, forts, frais et dispos?

Classé sous : Pensées

Vous aimez cette pensée ? Inscrivez-vous à notre fil RSS pour recevoir les prochaines !