17 Septembre

Vous n’avez jamais été assaillis par aucune tentation qui ne fût proportionnée aux forces humaines. Paul aux Corinthiens, I;10,13

Le mot “tentation” est un peu déconsidéré. Nous l’employons souvent avec un sens trop défavorable. La tentation n’est pas le péché, c’est une épreuve que nous ne saurions éviter, si nous sommes des hommes. Pour y échapper, il faudrait que nous fussions au-dessous de l’humanité. Mais beaucoup d’entre nous sont exposés à des tentations qui ne devraient pas les atteindre, tout simplement parce qu’ils n’ont pas permis à Dieu de les élever à un niveau supérieur, où ils seraient exposés à des tentations d’un autre ordre.

Nos inclinations, toute notre vie intérieure, voilà ce qui détermine les tentations qui nous assaillent de l’extérieur. La tentations s’adapte pour ainsi dire à la nature propre de celui qui est tenté, et révèle ce dont il est capable.

La tentation se présente comme un ingénieux moyen d’atteindre plus vite et plus aisément ce qui nous apparaît comme un bien. La tentation nous aveugle sur le moment, et nous ne pouvons pas savoir si ce qu’elle nous propose est un bien ou un mal. Quand nous cédons à la tentation, nous mettons sur le pavois notre convoitise, et nous prouvons par là que ce qui nous avait retenus jusqu’alors n’était que la crainte du qu’en dira-t-on.

Nous ne pouvons pas échapper à la tentation, elle fait partie de la vie normale de l’homme. N’allez pas vous imaginer que vous affrontez des tentations comme personne n’en a lamais eues. Vous subissez le sort commun de toute la race humaine. Dieu ne vous épargne pas la tentation, mais il secourt ceux qui sont tentés (Hébreux 2, 18).

Classé sous : Pensées

Vous aimez cette pensée ? Inscrivez-vous à notre fil RSS pour recevoir les prochaines !