26 Mai

Priez sans cesse. I Thessaloniciens 5;17

Quelle est notre conception de la prière? Si nous la concevons comme la respiration de notre âme, aussi indispensable que la respiration pulmonaire ou la circulation de notre sang, nous sommes dans le vrai. Nous respirons sans cesse, et notre sang s’écoule sans cesse, et nous ne nous en apercevons pas. De même il peut se faire que nous ne sentions pas notre contact avec Dieu, mais si nous Lui obéissons sans cesse, le contact reste établi. La prière n’est pas un exercice qu’on pratique de temps en temps, c’est la vie même de notre âme. C’est pourquoi nous devons prier sans cesse, être comme les petits enfants qui sans cesse ont quelque chose à dire ou à demander à leurs parents. La prière doit jaillir de notre cœur à toute occasion.

Jésus ne parle jamais de prières qui resteraient sans réponse: il avait la certitude absolue que la prière reçoit toujours une réponse. Possédons-nous cette certitude? “Quiconque demande reçoit.” “Mais pourtant…”, disons-nous. Or, Dieu répond toujours à nos prières; de la manière qui est en réalité la meilleure, bien que l’exaucement de nos requêtes, sur le terrain où nous nous sommes placés, ne nous soit pas tout de suite accordé. Possédons-nous cette certitude, qu’il y a toujours une réponse de Dieu.

Nous atténuons, nous affaiblissons les paroles de Jésus, pour les mettre d’accord avec le sens commun. Mais il n’aurait pas valu la peine qu’il vînt sur la terre pour nous enseigner le sens commun. Ce qu’il nous dit de la prière est une révélation

Classé sous : Pensées

Vous aimez cette pensée ? Inscrivez-vous à notre fil RSS pour recevoir les prochaines !