2 Décembre

Ce n’est pas que j’aie déjà remporté le prix, ou que j’aie déjà atteint la perfection… Philippiens 3, v. 12

Il y a quelque danger à s’imaginer que Dieu veut faire de nous des spécimens accomplis de ce qu’il peut produire. Le dessein de Dieu est de nous unir à lui. Certains mouvements pieux ont tendance à croire que Dieu veut réaliser des saints modèles, qu’il pourrait ensuite exposer dans son musée. En recherchant en premier lieu votre sainteté personnelle, Dieu lui-même n’est pas le but final de votre vie, mais ce que vous considérez être la manifestation de Dieu en vous. “Cela ne peut pas être la volonté de Dieu que je sois malade”, dites-vous. Mais si la volonté de Dieu a été que son propre Fils soit meurtri, pourquoi ne vous meurtrirait-il pas vous aussi ? Ce qui servira la cause de Dieu, ce n’est pas votre notion de la sainteté, mais votre communion intime avec Jésus, et votre abandon total à sa volonté, que vous soyez bien portant ou malade.

La perfection chrétienne n’est pas, et ne sera jamais, la perfection humaine. La perfection chrétienne est une relation intime avec Dieu qui se manifeste à travers les cheminements de la vie humaine. Quand vous obéissez à l’appel de Jésus, vous êtes frappé de l’étrangeté des choses que vous avez à faire, et ensuite de cet autre fait que ceux qui vous entourent semblent vivre sans Dieu et mener une vie parfaitement logique et raisonnable. De telles vies peuvent vous suggérer l’idée que Dieu est inutile, que par des efforts humains et du dévouement on peut atteindre à l’idéal divin. Mais dans un monde déchu, cela est impossible. Je suis appelé à vivre dans une communion parfaite avec Dieu, de telle sorte que ma vie fasse envie aux autres, sans attirer sur moi l’admiration. Plus je pense à moi et moins Dieu peut se servir de moi.

Classé sous : Pensées

Vous aimez cette pensée ? Inscrivez-vous à notre fil RSS pour recevoir les prochaines !