25 Décembre

La Vierge deviendra enceinte, elle enfantera un fils, et on lui donnera le nom d’Emmanuel, ce qui signifie Dieu avec nous. Esaïe 7, v. 14

La naissance de Jésus dans l’histoire: “C’est pourquoi le Saint enfant Qui naîtra de toi sera appelé Fils de Dieu” (Luc 1, v. 35). Jésus est né dans ce monde, mais il n’est pas du monde. Il n’est pas non plus une émanation de l’histoire ; il est entré dans l’histoire, venant d’ailleurs. Jésus-Christ n’est pas l’homme le plus parfait, il est d’origine supérieure à la race humaine. Il n’est pas un homme qui devient Dieu, il est Dieu incarné, Dieu venant dans une chair semblable à celle des hommes. Sa vie est la vie la plus haute et la plus sainte, commençant de la façon la plus humble. La naissance de Jésus fut un avènement.

Sa naissance en moi: “Mes enfants, pour qui j’éprouve de nouveau les douleurs de l’enfantement, jusqu’à ce que Christ soit formé en vous…” (Galates 4, v. 19). De même que le Christ a surgi dans l’histoire humaine, venant d’ailleurs, de même il doit venir en moi du dehors. Ma vie peut-elle servir de crèche à l’enfant de Bethléem ? Je ne peux entrer dans le Royaume de Dieu à moins d’être né d’en haut, d’une naissance qui n’a rien de commun avec la naissance ordinaire. “Il faut que vous naissiez de nouveau.” Ce n’est pas un commandement, c’est un fait fondamental. Ce qui caractérise la nouvelle naissance c’est l’abandon total à Dieu qui permet à Christ de se former en moi. Sa nature se manifeste alors en moi et je peux vivre de sa vie.

La manifestation de Dieu dans notre chair, est devenue possible pour vous et pour moi par la Rédemption.

Classé sous : Pensées

Vous aimez cette pensée ? Inscrivez-vous à notre fil RSS pour recevoir les prochaines !