25 Mars

L’ami de l’époux. Jean 3;29

Notre vertu notre sainteté ne devraient jamais attirer l’attention sur elles-mêmes mais seulement, comme des aiguilles aimantées, sur Jésus-Christ. Si ma sainteté n’attire pas les âmes vers le Christ elle n’est pas ce qu’elle doit être elle suscitera des sentiments déréglés et détournera les âmes du seul vrai chemin. Un saint exemplaire, s il n amène pas les âmes directement à Jésus-Christ mais seulement à l’admiration de ses vertus, sera pour elles un obstacle. On dira de lui : “Quel beau caractère!” Mais il ne sera pas un véritable ami de l’époux.

Au lieu de s’effacer, il prend la première place. Pour rester toujours l’ami loyal et fidèle de l’époux, il nous faut surveiller attentivement notre attitude à son égard. C’est là un point encore plus important que notre obéissance. A certains moments, le devoir d’obéissance ne se pose pas; la seule chose que Dieu nous demande est de rester en contact direct avec Jésus-Christ. A d’autres moments, bien entendu, nous avons à chercher quelle est la volonté de Dieu, mais durant la plus grande partie de notre existence, ce que nous devons faire, ce n’est pas un effort conscient pour obéir à Dieu, c’est simplement un effort pour rester l’ami fidèle de l’Époux. L’activité chrétienne peut nous détourner de celle concentration indispensable de notre âme sur Jésus-Christ. Au lieu d’être les vrais amis de l’époux, nous nous érigeons nous-mêmes en providence au petit pied. Nous lui empruntons son armure, et au fond nous combattons contre Lui.

Classé sous : Pensées

Vous aimez cette pensée ? Inscrivez-vous à notre fil RSS pour recevoir les prochaines !