Lis moi avec webReader

24 Mai

Quand je le vis, je tombai comme mort à ses pieds. Apocalypse 1;17

Même si, comme l’apôtre Jean, vous connaissez Jésus intimement, il peut arriver qu’il vous apparaisse soudain avec un aspect tout nouveau, et tel que vous tombiez comme mort à ses pieds. Il y a des moments où Dieu ne peut se révéler à nous que dans sa majesté. C’est cette terrible majesté qui produit en nous la joie dans le désespoir: courbés jusqu’à terre, nous savons que la main de Dieu seul pourra nous relever.

“II posa sur moi sa main droite.” Dans notre accablement, nous sentons tout à coup le contact de Jésus-Christ. Ce n’est pas la main du juge, c’est la main de notre Père céleste. Ce contact à lui seul est un réconfort, une paix ineffable. “Les bras éternels sont au-dessous de toi” pour te soutenir, te consoler, te fortifier. Dès qu’on a senti ce contact, aucune crainte n’est plus possible. Du haut de sa gloire éternelle, le Seigneur Jésus s’abaisse jusqu’à moi, le plus insignifiant de ses disciples, pour venir me dire: “Ne crains pas, crois seulement” Quelle douceur et quelle tendresse!

Le désespoir ordinaire ne contient aucune joie, aucune espérance de quelque chose de meilleur. Mais il y a de la joie dans mon désespoir quand “je sais qu’en moi, c’est-à-dire dans mon être terrestre, on ne peut rien trouver de bon”. Ma joie c’est de sentir que je n’ai plus, tel que je suis, qu’à m’anéantir devant Dieu, et que Lui seul pourra me relever. Dieu ne peut rien faire pour moi tant que je n’ai pas reconnu mon incapacité radicale.

Classé sous : Pensées

Vous aimez cette pensée ? Inscrivez-vous à notre fil RSS pour recevoir les prochaines !