27 Novembre

… la croix de Notre Seigneur Jésus-Christ. . . par qui le monde est crucifié pour moi, comme je le suis pour le monde. Galates 6, v. 14

Concentrer ma pensée sur la Croix du Christ, ce n’est pas devenir un de ces piétistes préoccupés uniquement de leur propre sainteté. C’est au contraire me préoccuper toujours davantage de la cause de Christ. Le Seigneur n’a été ni un reclus, ni un ascète. Il ne s’est pas coupé de la société mais, intérieurement, il en était détaché. Sans être distant, il vivait néanmoins dans une autre sphère. Son mode de vie était celui de chacun, aussi les gens religieux de son temps l’appelaient-ils mangeur et buveur. Cependant rien n’a pu faire obstacle à l’entière consécration de son énergie spirituelle.

Une contrefaçon de la consécration consiste à chercher à mettre en réserve de l’énergie spirituelle, dans le but de s’en servir plus tard, mais c’est là une erreur fatale. Pour un grand nombre de chrétiens, le Saint-Esprit les a affranchis de leur pêché, mais il n’y a chez eux ni libération, ni épanouissement. Le genre de vie religieuse que nous rencontrons si souvent aujourd’hui n’a rien de commun avec la robuste sainteté de Jésus-Christ. ” Je ne te prie pas de les ôter du monde, mais de les préserver du mal. ” Nous devons vivre dans le monde, sans lui appartenir .

Employons notre énergie spirituelle au service de Dieu et de notre prochain . La consécration c’est notre part, la sanctification, c’est l’affaire de Dieu, préoccupons-nous donc en premier lieu des intérêts de Dieu. Lorsque se pose à nous un problème difficile, demandons-nous ce qui peut promouvoir la cause de Jésus-Christ.

Classé sous : Pensées

Vous aimez cette pensée ? Inscrivez-vous à notre fil RSS pour recevoir les prochaines !