22 Décembre

Nul ne peut venir à moi, si le Père qui m’a envoyé ne l’attire. Jean 6, v. 44

Quand Dieu m’attire à lui, la question qui se pose à moi aussitôt est celle-ci : Vais-je répondre à la révélation que Dieu me donne; Vais-je aller à Lui ? Mais en pareille matière toute, discussion est déplacée. Quand Dieu vous parle, n’en discutez avec personne. Croire n’est pas une démarche intellectuelle; croire est un acte personnel par lequel je m’engage délibérément. Suis-je prêt à me décharger complètement sur Dieu, et à m’abandonner à lui pour faire ce qu’il me demande ? Si oui, je découvrirai que je suis sur le roc de la Réalité, aussi ferme que le trône-même de Dieu.

En prêchant l’Évangile, faites toujours appel à la volonté. La foi doit être la volonté de croire. Croire, c’est abandonner sa volonté à Dieu, et non céder à une puissance de persuasion. Je me jette à l’eau , abandonnant toute confiance en ma propre expérience, me confiant uniquement en Dieu, et le prenant au mot. Le malheur est que je me fie beaucoup plus à mon intelligence qu’à Dieu. Dans le domaine des sentiments, il faut que je marche à tâtons, sans rien voir ni sentir. Je dois faire triompher en moi la volonté de croire, et cela ne peut se faire que par un violent effort de ma part, pour me séparer de mes anciennes convictions, et m’accrocher à Dieu.

L’homme est fait pour aller beaucoup plus loin qu’il ne peut le concevoir lui-même. C’est Dieu qui m’attire à lui, et ma relation avec lui est personnelle et non intellectuelle. C’est grâce à l’action miraculeuse de Dieu qui vient au secours de ma volonté de croire, que les choses s’éclairent peu à peu, et je suis émerveillé du résultat.

Classé sous : Pensées

Vous aimez cette pensée ? Inscrivez-vous à notre fil RSS pour recevoir les prochaines !