7 Mai

Qui d’entre vous, voulant bâtir une tour, ne s’assied premièrement pour en calculer la dépense et voir s’il a de quoi l’achever? Luc 14, 28.

Notre Seigneur pense, dans cette parabole, non pas à un prix que nous aurions à évaluer, mais au prix immense qu’Il a Lui-même, d’avance, évalué. Il s’agit des trente années de sa vie obscure à Nazareth, des trois années de son ministère, avec l’enthousiasme passager des foules, l’opposition indignée et la haine de ses ennemis, l’agonie insondable de Gethsémani, et l’exécution brutale du Calvaire, pivot de l’histoire éternelle. Jésus-Christ a calculé la dépense. Les hommes n’auront pas le droit de se moquer de lui et de dire: “Cet homme a commencé de bâtir, mais il n’a pas pu achever sa tour.”

Notre Seigneur fixe les conditions nécessaires pour qu’il puisse nous embaucher dans son entreprise: “Si quelqu’un vient à moi et ne hait pas (par rapport à moi) tout ce qu’il a de plus cher au monde, il ne peut pas être mon disciple.” Pour qu’il puisse se servir de nous, il faut que nous l’aimions, Lui, de tout notre cœur, d’un amour passionné, qui laisse bien loin derrière lui tous les autres amours. Conditions sévères, mais glorieuses.

Tout ce que nous bâtissons va être inspecté par Dieu. Par l’épreuve du feu, Dieu va-t-il déceler dans notre ouvrage, bâti sur les fondements de Jésus, quelque édifice de notre façon? Aujourd’hui l’on veut entreprendre pour Dieu des constructions gigantesques, mais là est le piège. Au sens strict, nous ne pouvons jamais travailler pour Dieu. Jésus nous embauche pour Ses entreprises, pour Ses constructions, et aucun de nous n’a le droit d’exiger telle ou telle place au chantier.

Classé sous : Pensées

Vous aimez cette pensée ? Inscrivez-vous à notre fil RSS pour recevoir les prochaines !