25 Juillet

” Heureux les pauvres en esprit… ; heureux les affligés… ; heureux les débonnaires… ; heureux… ” Matthieu 5,v.3 à 10

La première fois que nous lisons les enseignements de Jésus, nous trouvons cela merveilleusement simple et évident, et nous ne nous sentons pas vraiment concernés. Par exemple, les Béatitudes nous paraissent être de beaux principes, faits pour des gens vivant loin du monde, inadaptés à la vie moderne, hors du monde rude et affairé dans lequel nous vivons. Cependant, nous découvrons bientôt que les Béatitudes contiennent la dynamite du Saint-Esprit. Elles explosent au contact direct des circonstances de notre vie. Lorsque le Saint-Esprit nous rappelle une Béatitude, nous sommes mis en demeure de prendre une décision: soit d’accepter, soit de refuser le bouleversement spirituel que produira l’obéissance à ces paroles. C’est ainsi qu’agit le Saint-Esprit. Nous n’avons pas besoin d’être né de nouveau pour mettre en pratique les Béatitudes dans leur sens littéral, c’est un jeu d’enfant. Par contre, leur interprétation par le Saint-Esprit, qui les applique aux circonstances de notre vie, est le rude labeur du chrétien fidèle.

L’enseignement de Jésus n’a rien de commun avec notre façon humaine de comprendre la vie; c’est pourquoi, de prime abord, il nous étonne et nous déconcerte. Nous devons progressivement adapter notre conduite et nos paroles à ces préceptes, que le Saint-Esprit applique à notre cas particulier. Le Sermon sur la Montagne n’est pas un recueil de lois et de règlements; c’est une description de ce que le Saint-Esprit va faire en nous.