Lis moi avec webReader

28 Février

A cause de cela nous croyons maintenant… Jésus répondit: Vous croyez à présent ! Jean 16;30-31.

“Maintenant nous croyons. Vraiment? leur dit Jésus; et pourtant l’heure vient où vous me laisserez seul.” Combien de chrétiens dans leur activité laissent de côté Jésus-Christ, en prenant pour guide le sentiment de leur devoir, ou bien une nécessité discernée par leur propre intelligence. Tout cela parce qu’il leur manque l’intuition de la présence en eux de Jésus ressuscité. Leur âme a perdu le contact avec Dieu parce qu’elle s’est fiée à ses propres lumières. Il ne semble pas qu’il y ait là un péché, ni rien de répréhensible, mais quand le chrétien s’aperçoit combien il a compromis sa connaissance de Jésus-Christ, et combien il a forgé pour lui-même d’embarras, de chagrins et d’obstacles, c’est avec honte et confusion qu’il doit rebrousser chemin.

Il faut absolument nous appuyer d’une façon plus profonde sur la présence de Jésus dans notre âme, acquérir l’habitude d’en référer à Lui pour toute chose. Au lieu de cela, notre bon sens prend des décisions, et nous demandons à Dieu de les bénir. Il ne le peut pas: nous ne sommes pas à Son point de vue, nous sommes hors de la réalité… En agissant par devoir, nous substituons à Jésus-Christ notre idéal moral. Il ne nous est pas dit de marcher selon notre conscience, mais dans la lumière de Dieu, comme Dieu est dans la lumière. Quand nous agissons par devoir, nous pouvons mettre en avant nos raisons. Quand nous obéissons au Seigneur nous n’avons point de raisons à donner. Aussi le croyant est-il un homme dont on peut rire aisément.

Classé dans : Pensées