Lis moi avec webReader

24 Novembre

Voici, comme les yeux des serviteurs sont fixés sur la main de leur maître… ainsi nos yeux se tournent vers l’Éternel, notre Dieu. Psaume 123, v. 2

Ce verset dépeint une attitude de pleine confiance en Dieu. De même que les yeux du serviteur étaient rivés sur son maître, nos yeux sont fixés sur Dieu, et ” le bras de l’Éternel ” se révèle à nous (Esaïe 53, v. 1). Nous commençons à faiblir spirituellement dès que nous cessons de fixer les yeux sur lui . Et cette faiblesse ne vient pas tant du dehors que de notre imagination même, qui nous fait dire: ” Je me demande si je n’ai pas visé trop haut, en voulant me hisser jusqu’à Dieu, au lieu de me contenter d’être comme tout le monde. ” Non, soyons persuadés que notre effort vers Dieu ne sera jamais trop grand .

A un moment donné, par exemple, vous avez combattu pour la cause de Dieu, et par le témoignage de l’Esprit vous avez su que Dieu vous approuvait. Mais les semaines, les années ont passé, et finalement vous en êtes arrivé à cette conclusion: ” Après tout, je crois que j’ai été un peu trop ambitieux. ” Là-dessus, vos amis viennent vous faire entendre le langage de la raison: “On sentait bien que vous dépassiez la mesure en nous parlant de ce réveil, c’était un élan passager; vous ne pouvez soutenir un tel effort, Dieu ne vous le demande pas! ” Et vous dites: ” Décidément, j’ai vu trop grand. ” Il semblerait que ce soit le langage de l’humilité, mais en réalité vous ne vous fiez plus à Dieu, mais à l’opinion courante. Aussi courez-vous le danger de ne plus lever les yeux vers lui.

Il faut que Dieu vous arrête brusquement pour que vous vous rendiez compte que vous avez quitté la bonne route. Chaque fois que vous vous sentez faiblir, portez-y remède aussitôt. Reconnaissez que quelque chose s’est glissé entre vous et Dieu, et remettez tout en ordre, sans tarder.

Classé dans : Pensées