14 Décembre

Je vous laisse la paix, je vous donne la paix. Que votre cœur ne se trouble pas. Jean 14, v. 27

Chaque fois que se présente une difficulté dans notre vie spirituelle, nous sommes tentés d’accuser Dieu. Mais en réalité c’est nous qui sommes en cause; il y a en nous quelque interdit que nous ne voulons pas ôter. Dès que nous arrachons le mal, tout devient lumineux. Aussi longtemps que nous sommes partagés entre le service de Dieu et le culte de nous-mêmes, les difficultés surgissent. Il faut que nous ayons une attitude de confiance et d’abandon complet à Dieu. Alors rien ne nous empêche d’avoir une vie sainte. Les difficultés surviennent lorsque nous voulons usurper, à notre profit, l’autorité du Saint-Esprit.

Toutes les fois que nous obéissons à Dieu, il marque son approbation en nous donnant une paix profonde. Ce n’est pas une paix selon le monde, c’est la paix de Jésus. Lorsque vous n’avez pas cette paix, attendez-la avec confiance, ou cherchez la raison pour laquelle elle est absente. Si vous agissez par emballement, ou par point d’honneur, la paix de Jésus ne vous sera pas donnée. Il n’y a en vous ni simplicité, ni confiance en Dieu, parce que l’esprit de simplicité est engendré par le Saint-Esprit, et non par notre volonté.

Chaque fois que je cesse d’obéir, les doutes me gagnent. Lorsque j’obéis à Dieu, les problèmes qui se posent à moi ne concernent pas mes relations avec lui. Ce sont des questions qui tiennent mon esprit en éveil, et le rendent attentif aux merveilles de la révélation divine. Tout ce qui surgit entre Dieu et moi vient d’une désobéissance. Mais tous les problèmes – et ils sont nombreux -, qui jalonnent le chemin de l’obéissance, font grandir mon émerveillement, parce que je sais que Dieu connaît les réponses, et que je ne tarderai pas à voir les solutions qu’il a trouvées.

Classé dans : Pensées