Lis moi avec webReader

29 Novembre

L’Esprit de vérité… me glorifiera. Jean 16, v. 14

Les mouvements piétistes d’aujourd’hui n’ont plus rien de la rude réalité du Nouveau Testament. La mort de Jésus-Christ n’a pour eux rien d’indispensable; tout ce qu’ils recherchent, c’est une atmosphère pieuse, de prière et de dévotion. Cette conception de l’expérience religieuse n’a rien de surnaturel ni de miraculeux et n’a rien de commun avec les souffrances de Jésus; elle n’est pas marquée du sang de l’Agneau et ne porte pas le sceau du Saint-Esprit. Elle ne laisse pas cette empreinte, qui fait dire aux hommes: ” C’est bien l’œuvre du Dieu Tout-Puissant. ” Or c’est cela, et cela seul, que nous révèle le Nouveau Testament.

L’expérience chrétienne normale, selon le Nouveau Testament, c’est l’attachement personnel, exclusif, à la personne de Jésus-Christ. Toute autre forme d’expérience chrétienne, ou prétendue telle, détachée de la personne de Jésus n’a de chrétien que le nom. Il n’y a point de régénération, ni de nouvelle naissance et point d’entrée dans le Royaume de Christ, si ce n’est la pensée que Jésus est notre Modèle. Dans le Nouveau Testament, Jésus est le Sauveur bien avant d’être le Modèle. Aujourd’hui, il est simplement le fondateur d’une religion, un type de perfection. S’il est bien cela, il est pourtant infiniment plus! Il est le salut lui-même. Il est la Bonne Nouvelle de Dieu.

Jésus promet: ” Quand lui, l’Esprit de vérité, sera venu… il me glorifiera. ” Quand je crois à la Révélation contenue dans le Nouveau Testament, je reçois de Dieu le don du Saint-Esprit qui réalise en moi ce que Jésus a dit et mis en œuvre, pour moi, sur la croix.

Classé dans : Pensées