Lis moi avec webReader

3 Septembre

Ils apportèrent cette eau à David; mais il refusa d’en boire et il la répandit en l’honneur de l’Éternel. 2 Samuel 23;16

A cette eau précieuse, tirée du puits de Bethléem, vous pouvez comparer tous ces précieux dons de Dieu: l’amour, l’amitié, les bénédictions spirituelles. Est-ce que vous vous en emparez, au péril de votre âme, pour vous en assouvir égoïstement? Alors il ne vous est plus possible de les répandre devant Dieu. Vous ne pouvez plus offrir à Dieu, comme une sainte offrande, ce que vous vous réservez pour votre propre satisfaction. Le bienfait de Dieu, ainsi réservé, vous empoisonnera. Il vous faut le sacrifier, le répandre, en faire ce qui, pour te bon sens, est un absurde gaspillage.

De quelle façon puis-je répandre devant le Seigneur l’amour humain ou la grâce divine? Par la manière même dont je les considère. Il y a certains bienfaits qui nous viennent des autres et que nous n’oserions pas accepter si nous ne connaissions pas Dieu, parce que nul pouvoir humain n’est capable de les rendre. Mais il me suffit de dire: “C’est trop beau pour moi, c’est trop beau pour une créature humaine je veux le répandre devant te Seigneur.” Et tout cela se répand autour de moi comme des fleuves d’eau vive. Tant que je n’ai pas fait à Dieu cette offrande, je risque de faire du mal à ceux que j’aime comme à moi-même, parce que tout cela se transforme en convoitises. Il y a des convoitises même dans les plus nobles aspirations. L’amour lui-même doit être transfiguré, et répandu devant le Seigneur.

Ne gardez pas pour vous les bienfaits du Seigneur.

Classé dans : Pensées