Lis moi avec webReader

24 Avril

Toutefois, ne vous réjouissez pas de ce que les mauvais esprits vous sont soumis. Luc 10;20

Pour les chrétiens, les convoitises du monde et les péchés grossiers ne sont plus un piège. Mais le danger qui les guette, c’est de se monter la tête, de rechercher le succès dans ce qu’ils entreprennent, de vouloir suivre la mode religieuse de leur milieu et de leur époque. Ne recherchez aucune autre approbation que celle de Dieu. “Par conséquent, pour aller à Lui, sortons du camp en portant Son opprobre.” Jésus ordonne à ses disciples de ne pas se réjouir, de ne pas se monter la tête, à propos des résultats de leur travail. Et nous, nous ne faisons guère autre chose. Nous dressons un bilan commercial: tant d’âmes sauvées et sanctifiées, tout va pour le mieux. Notre travail n’est qu’un appoint au grand travail de la grâce de Dieu. Nous n’avons pas à sauver les âmes, mais seulement à les mettre sur le chemin du salut, jusqu’à ce qu’elles s’abandonnent entièrement à Dieu. Une seule vie entièrement consacrée à Dieu a beaucoup plus de prix à ses yeux qu’une centaine de vies simplement réveillées par son Esprit. Serviteurs de Dieu, nous devons faire naître des serviteurs de Dieu. Dieu nous marquera son approbation en nous accordant cette grâce. Nous devons amener les autres à la même hauteur où Dieu nous a fait parvenir nous-mêmes.

Si le ministre de Dieu ne possède pas une vie cachée avec le Christ en Dieu, il tourne au dictateur et devient insupportable. Combien d’entre nous sont en fait des dictateurs, à l’égard des individus comme dans les assemblées. Il disait toujours: “Si quelqu’un veut être mon disciple…” Il respectait la liberté de ceux qu’il appelait.

Classé dans : Pensées